Photographie

Trouer l'opacité

Un jour j'ai perdu tout accès à la réalité du monde: je le voyais à travers une vitre sale et j'avais beau frotter, rien n'y faisait, je ne voyais rien. Ou mal. Ou pas suffisamment...

Tes mains s'effacent

Je vais poser l’appareil photo entre le monde et moi pour protéger mes yeux de la brûlure du réel. Le temps d’un été il sera mes lunettes eskimos.
 

Mille-Mains

Si les mains revenaient, je les lierais les unes aux autres, enchevêtrant les fils jusqu’à faire émerger un corps étrange et visqueux et sombre.

Ce qu'on appelle aimer

Dès le premier jour j’ai photographié les vestiges de notre histoire. J’avais l’intuition qu’elle ne serait que cendres, lumières arrêtées, vêtements échoués. Nos étreintes s’arrêteraient bientôt.